Archives de catégorie : Autres

Musée de l’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier

Rédigé par Jean-Robert Henry

Mémoires méditerranéennes s’est impliqué depuis un an dans la reconversion du projet de musée de Montpellier dédié à l’Algérie. A la demande de la conservatrice, ils oeuvrent à réorienter ce projet muséographique destiné  initialement à célébrer la mémoire des Français d’Algérie vers une histoire des relations entre la France et l’Algérie, entre la France et le Maghreb. Sur le modèle de l’exposition « L’Algérie et la France : destins et imaginaires croisés », réalisée en 2003 par Mémoires Méditerranéennes et les ANOM pour la Direction des Archives de France,  il s’agit de proposer aux visiteurs du musée un parcours historique s’adressant aux porteurs des différentes mémoires associées à cette histoire. En vue de préfigurer ce projet, l’exposition de 2003 a été rénovée et présentée à Montpellier en octobre 2012, dans le cadre du Festival Cinemed centré sur l’Algérie. Mémoires méditerranéennes a aussi favorisé la collaboration entre le Musée de Montpellier et la Médiathèque de la MMSH, qui est prête à mettre ses ressources documentaires à la disposition des expositions organisées par le musée.

Membres de Mémoires méditerranéennes concernés : Sébastien Denis, Didier Guignard, Jean-Robert Henry (président du Conseil scientifique), Ahmed Mahiou, Georges Morin, Abderrahmane Moussaoui, Paul Pandolfi.

Accompagnement de projets de recherches

Mémoires méditerranéenne a soutenu des projets portés par Françoise Lorcerie, directrice de recherche au CNRS (IREMAM).

En 2011 une demande de prêt a été adressée à l’ACSE (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité), organisme de soutien l’intégration des immigrés, pour financer une enquête auprès des lycéens marseillais (dossier CERFA).

L’enquête était ainsi présentée par Françoise Lorcerie :

 L’idée et le vécu de la citoyenneté en contexte pluraliste :

les lycéens de Marseille.

Deuxième volet, 2011.

Cette enquête s’inscrit dans le prolongement d’une précédente enquête passée en 2000 et 2001 dans 8 lycées publics de Marseille (1 LG, 3 LGT, 4 LP). Sous le thème englobant de la citoyenneté, elle visait à saisir comment les élèves des lycées de Marseille, toutes filières confondues, construisent leurs identités sociales et politiques. Quelque 1150 questionnaires avaient alors été recueillis et traités. Un rapport édité par l’IREMAM et plusieurs articles ont présenté les résultats de ce travail.

Dix ans après, dans un contexte de changement social accéléré, il paraît opportun d’actualiser l’enquête. Le thème central conservant son actualité, il est intéressant de prendre une nouvelle image des représentations des lycéens à cet égard, de sorte à pouvoir cerner les évolutions.

Le thème général de la citoyenneté couvre dans cette enquête la question complexe de la construction des identités sociales et politiques dans une société locale brassée de longue date par les immigrations. Dans le questionnaire, cette vaste question a été spécifiée en indicateurs en référence aux trois registres du lien social : le civisme (connaissances et pratiques), la civilité, et la sociabilité.

Il s’agit de tenter d’appréhender les logiques qui président à la façon dont les élèves se positionnent, individuellement et collectivement, comme membres du lycée, de la société locale, de la société nationale et de tout autre groupe.

Trois dimensions de variation sont systématiquement explorées :

1. distinction d’âge et de maturité scolaire : élèves en début de lycée / élèves en fin de lycée ;

2. distinction sociale et socio-scolaire : élèves de lycée général et technologique / élèves de LP ;

3. distinction ethno-sociale : élèves issus des immigrations non européennes / autres.

En restreignant l’enquête à Marseille, on vise à contrôler la variation locale du phénomène analysé. Cela empêche de généraliser tous les résultats à l’ensemble de la France. Mais cela permet de mieux repérer les facteurs de variation qui jouent à l’échelle locale : le local est plus complexe que l’image qu’on en donne parfois.

L’enquête se fait par questionnaires papier (une heure par classe), complétés éventuellement par des entretiens.

Le questionnaire a été passé dans trois établissements marseillais (450), puis traité par deux étudiantes stagiaires du DEUG MASS, à l’aide du logiciel Modalisa.

 

En 2013 une nouvelle fiche CERFA a été adressée à l’ACSE, sur la proposition de F. Lorcerie, pour soutenir l’édition de la thèse de Fabrice Dhume, soutenue à Aix en 2012 avec la mention TH Félicitations, sous le titre : « Entre l’école et l’entreprise, la discrimination ethnico-raciale dans les stages. Une sociologie publique de l’ethnicisation des frontières et de l’ordre scolaires ».

Le manuscrit, préparé en vue de l’édition chez Karthala dans la collection de l’IREMAM, a été accepté en janvier 2013 par la commission Publications de l’IREMAM, tout en souhaitant qu’un soutien complémentaire soit trouvé. Mémoires méditerranéennes a accepté d’être l’intermédiaire de cette demande à l’ACSE. Le crédit est attendu pour septembre 2013.

Hommage à André Raymond

affiche RAYMOND-2Le 21 juin 2011, Mémoires Méditerranéennes a rendu hommage à André Raymond, président fondateur de l’association qui n’a cessé jusqu’à sa disparition de lui apporter tout son soutien. Historien mondialement connu et reconnu du monde arabe à l’époque ottomane, il était non seulement l’auteur d’une œuvre scientifique de premier plan, mais aussi un animateur de la recherche collective ; on lui doit notamment la création de l’Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman à Aix-en-Provence en 1986.
Cet hommage amical des membres de l’association a été l’occasion de présenter, en présence de Mme Raymond, un film issu de l’entretien audiovisuel réalisé en avril 2010, quelques mois avant sa disparition, dans le cadre de l’opération « Le temps de la coopération au Maghreb« , opération soutenue par Mémoires méditerranéennes. Cet entretien, mené par Jean-Robert Henry et François Siino, durait 1h 40. François Siino en a tiré un montage d’environ 40 mn qui retrace les séjours d’André Raymond au Maghreb en tant qu’enseignant d’histoire, puis en tant que coopérant, ainsi que les débuts de sa carrière universitaire.
La projection de ce document, davantage centré sur la personne que sur l’œuvre, a été suivie d’un échange informel entre les amis et collègues d’André Raymond qui ont apporté leur propre témoignages : Ghislaine Alleaume, Maurice Flory, Ahmed Mahiou, Christian Graeff, Jean-Paul Pascual et Jean-Robert Henry. Étaient également présents à cette rencontre , Randi Deguilhem, Bérengère Clément, Olivier Dubois, Gérard Khoury, Nicolas Michel…
Le film d’entretien avec André Raymond reste accessible en ligne :

Article rédigé par François Siino