Exposition : Cent mille réfugiés. 1955-1962

Cent mille réfugiés. 1955-1962

L’exposition itinérante, la petite brochure et le site Internet qui en reprend le contenu, sont consacrés à un « dommage collatéral » rarement montré de la guerre d’Algérie : l’exode massif des populations algériennes.
Ils utilisent les photos de repérage d’un film préparé au Maroc oriental en 1961, mais qui n’eut pas le temps d’être tourné: pour cause, heureusement, de négociations de paix. Y sont évoqués les causes de l’exode (zones d’opérations, barrage aux frontières), les lieux d’implantation, les conditions de vie, la solidarité internationale, la scolarisation et l’encadrement politique.

Le propos est d’empêcher des faits importants de tomber dans l’oubli après la mort des témoins directs, et de fournir des matériaux pour une Histoire que l’on pouvait espérer enfin plus sereine et moins simplificatrice qu’elle ne l’a trop souvent été jusqu’ici, déplorations nostalgiques d’un côté, images d’Épinal patriotico-héroïques de l’autre.
Il n’est pas question ici de nier les bouleversements et les souffrances qu’ont connu des centaines de milliers d’Européens à l’occasion de la guerre et de l’accession à l’Indépendance d’un pays où ils étaient nés, eux aussi. Ces aspects-là de la réalité ont été abondamment évoqués. Cependant, des millions d’Algériens « de souche » ont également connu le « déracinement » dans les camps de regroupement, l’exode au Maroc et en Tunisie; sans compter les autres centaines de milliers réfugiés en France, et sans remonter jusqu’aux populations déjà chassées hors de leurs terres par les campagnes de Bugeaud et de Lamoricière. Un « travail de mémoire » se doit d’être complet.

L’exposition a été accueillie entre 2003 et 2005, à Aix-en-Provence (MMSH), Cergy, Oran , Alger, et les panneaux sont restés en Algérie pour y circuler.

Production : Institut de l’image, Aix-en-Provence, avec le soutien de Mémoires méditerranéennes et de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.

Site Internet : http://www.imageson.org/document399.html.

Article rédigé par François Chevaldonné

Hommage à André Raymond

affiche RAYMOND-2Le 21 juin 2011, Mémoires Méditerranéennes a rendu hommage à André Raymond, président fondateur de l’association qui n’a cessé jusqu’à sa disparition de lui apporter tout son soutien. Historien mondialement connu et reconnu du monde arabe à l’époque ottomane, il était non seulement l’auteur d’une œuvre scientifique de premier plan, mais aussi un animateur de la recherche collective ; on lui doit notamment la création de l’Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman à Aix-en-Provence en 1986.
Cet hommage amical des membres de l’association a été l’occasion de présenter, en présence de Mme Raymond, un film issu de l’entretien audiovisuel réalisé en avril 2010, quelques mois avant sa disparition, dans le cadre de l’opération « Le temps de la coopération au Maghreb« , opération soutenue par Mémoires méditerranéennes. Cet entretien, mené par Jean-Robert Henry et François Siino, durait 1h 40. François Siino en a tiré un montage d’environ 40 mn qui retrace les séjours d’André Raymond au Maghreb en tant qu’enseignant d’histoire, puis en tant que coopérant, ainsi que les débuts de sa carrière universitaire.
La projection de ce document, davantage centré sur la personne que sur l’œuvre, a été suivie d’un échange informel entre les amis et collègues d’André Raymond qui ont apporté leur propre témoignages : Ghislaine Alleaume, Maurice Flory, Ahmed Mahiou, Christian Graeff, Jean-Paul Pascual et Jean-Robert Henry. Étaient également présents à cette rencontre , Randi Deguilhem, Bérengère Clément, Olivier Dubois, Gérard Khoury, Nicolas Michel…
Le film d’entretien avec André Raymond reste accessible en ligne :

Article rédigé par François Siino

Exposition Théophile-Jean Delaye, illustrateur du Maroc (février-mai 2011)

Rue 002De 1924 à 1956, en même temps qu’il cartographiait le Maroc Théophile-Jean Delaye le dessinait, le peignait, illustrait des livres pour Arthaud. La rencontre entre ses héritiers et l’Ambassade de France au Maroc, favorisée par Mémoires méditerranéennes, a permis le montage d’une grande opération de coopération entre la famille, les éditions La Croisée des chemin et la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc : de février à mai 2011 une grande exposition sur l’ensemble de l’œuvre graphique et picturale de Delaye était présentée à la BNRM à Rabat en même temps qu’un beau livre « Théophile-Jean Delaye illustrateur du Maroc » était coédité par La Croisée des chemins à Casablanca et Atlantica-Séguier à Paris.

Casbah 046Souks 001

Article rédigé par François Larbre