Tous les articles par François Larbre

A propos François Larbre

Conservateur général des bibliothèques honoraire Ancien attaché culturel à l'Ambassade de France au Maroc

Un village d’Oranie

La publications aux éditions Non-Lieu de la monographie : Un village d’Oranie : les Ouled Mimoun jusqu’à 1914 par François Chevaldonné.

Couverture du livre
Couverture du livre

Ce travail sur des archives inédites relatives à un village d’Oranie à l’époque coloniale a été  mené par notre ami François Chevaldonné. L’association a soutenu cette édition qu’il est possible d’acquérir directement auprès de Mémoires méditerranéennes.

Post Office Rabat Morocco - Sept 2014

Fonds Patrice de Mazières

C’est notre ami Jean-François Clément qui a orienté vers Mémoires méditerranéennes Madame Pauline de Mazières, épouse de l’architecte Patrice de Mazières, soucieuse de trouver une solution de conservation pérenne pour les archives de l’agence d’architecture de son mari.

Patrice de Mazières a exercé au Maroc de 1962 à 2013, associé dans les agences de Rabat et Casablanca à Abdeslem Faraoui jusqu’en 1998, puis seul jusqu’à sa cessation d’activité en 2013. Petit-fils d’Adrien Laforgue, le grand architecte de Rabat au temps du Protectorat, Patrice de Mazières a commencé son activité avec la reconstruction d’Agadir aux côtés de François Zevaco et Henry Tastemain.

En 50 ans il a mené à terme quelques 360 projets dont beaucoup de constructions publiques :  lycées, cliniques et hôpitaux, siège de la Caisse des Dépôts et de Garantie, Faculté de Médecine et Cité Universitaire à Rabat,  de nombreux hôtels ainsi que des immeubles d’habitation, des villas et des locaux d’entreprises ; son architecture, inspirée du fonctionnalisme, a souvent intégré des œuvres d’artistes contemporains.

Les archives complètes de cette activité sont conservées dans son agence de Rabat : rouleaux de calques, dossiers économiques, maquettes, constituent l’essentiel de ce fonds auquel s’ajoute une bibliothèque professionnelle.

Quantitativement cet ensemble représente quelques 30 ml de rayonnages, 8 ml de meubles à plans, 8 ml de livres et revues, une vingtaine de maquettes.

L’intérêt de ces archives est de conserver toutes les traces de l’activité professionnelle d’un des plus importants des architectes  marocains de la deuxième moitié du 20° siècle. Afin d’éviter la dégradation et la dispersion de ce rare témoignage de l’aménagement moderne du Maroc, Patrice de Mazières envisageait de déposer ses archives auprès d’une institution susceptible d’en assurer la conservation et la communication au public et prioritairement aux architectes ou étudiants en architecture d’Afrique du Nord.

Lors d’un passage à Rabat François Larbre a rencontré Monsieur et Madame de Mazières, a évalué l’importance de leur fonds d’archives, et les a mis en relation avec Jamaa Baïda le Directeur des Archives Nationales du Maroc. A ce jour (février 2019) le dépôt n’est pas encore effectif la famille peinant à se défaire des traces de l’activité d’une vie.

Illustration d’Andrew Nash -Post Office Rabat Morocco – Sept 2014. CCBY-SA 2.0

Les archives de Gaston Messud

Mémoires méditerranéennes a été contactée via son site web par les héritières de Gaston Messud, ses petites filles résidant au Canada en novembre 2014. Celles-ci souhaitant vider l’appartement toulonnais de leur grand-père, elles ne savaient que faire d’un important volume d’archives dont elles avaient du mal à mesurer l’intérêt. François Larbre, Olivier Dubois et Hassan Moukhlisse se sont donc déplacés à Toulon.

Ils ont découvert un fonds d’archives important mais très personnel, constitué de toutes les traces de la vie de Gaston Messud (1905-1998). Cet ancien officier de marine, polytechnicien, originaire d’Algérie, travailla dans le monde entier comme ingénieur dans le pétrole puis, à sa retraite, fut très  impliqué dans la vie politique varoise.

Outre des mémoires manuscrites (3000 pages), le fonds très personnel comprend une importante correspondance avec des personnages politiques de premier plan, des collections algérianistes, des collections de cartes postales…

Suite à cette visite, et devant l’hétérogénéité de l’ensemble, Mémoires méditerranéennes a proposé aux ayant droits  de s’enquérir de l’intérêt des Archives départemental du Var pour le dépôt d’un tel fonds. Celles-ci s’étant déclarées intéressées le versement a été effectué au printemps 2015.

Fonds Fanny Colonna

Fanny Colonna, sociologue et anthropologue franco-algérienne est décédée à Paris fin 2014.

Sur le terrain …

L’année suivante ses enfants, dépassés par le volume de sa bibliothèque et de ses archives, conscients de leur valeur et souhaitant respecter le vœux de leur mère de les rendre disponibles pour la recherche, se sont rapprochés de Mémoires méditerranéennes pour envisager un don à une institution. Compte tenu de l’intérêt de cet ensemble, l’association en a pris en charge le déménagement à destination de la médiathèque de la MMSH.

Notre collègue Evelyne Disdier assistée d’une étudiante archiviste, Emmanuelle Poulard, et  avec l’aide de Kamel Chachoua, chercheur à l’IREMAM, a pu en quelques mois reclasser ce fonds et en préparer l’inventaire. La fiche de fonds est publiée sur le portail de Ressources archivistiques méditerranéennes ARCHIMEDE.

Courant 2016, elle a présenté ce travail lors d’une journée d’étude à Oran en hommage à Fanny Colonna et des chercheurs algériens intéressés par ce fonds se sont déjà annoncés pour venir travailler à Aix.

Fin 2018, le numéro 221 de la revue IBLA a été consacré à un hommage à Fanny Colonna. Le dernier article intitulé « Les archives scientifiques de Fanny Colonna » d’Evelyne Disdier décrit avec précision le contenu de son fonds d’archives.

Depuis son classement , le fonds Fanny Colonna est souvent consulté par des chercheurs en sciences sociales.

Cahiers de terrain

Fonds Eric Rouleau

Eric Rouleau

 

L’ensemble de ces archives et une partie des ouvrages sont entrés dans les collections de la Médiathèque de la MMSH en 2018 où ils sont en cours de traitement. Le déménagement des documents s’est fait en deux temps et a bénéficié de l’aide financière de Mémoires Méditerranéennes.

Olivier Dubois, par l’intermédiaire de François Burgat, a pris contact avec Madame Berrebi, veuve du journaliste et diplomate Eric Rouleau décédé en 2015 ; il s’est rendu à son domicile, dans le Gard, en janvier 2016.

Le volume des archives de travail qu’il a établi alors est impressionnant :

  •  Carnets de « terrain » journalistiques

Seize boites classées par Pays et dates de visites : Carnets rédigés à l’occasion des déplacements  en français, arabe et/ou anglais  suivant sa source.  Comptes rendus de visite, entretiens avec des hommes politiques, description des circonstances des événements en cours (carnets sur septembre noir à Amman avec description minutes par minutes de ce que voit le journaliste).

  • Boites d’archives des articles et des réactions qu’ils ont provoquées : environ 10 boites
  • Boites de documentation
  • Mini-cassettes (contenu ?), bandes vidéo VHS (émissions de télévision auxquelles ER a participées ou représentant un intérêt pour lui)
  • Bibliothèque : nombreux ouvrages français et anglais, moindre quantité en arabe ; revues françaises et anglaises.

  Boîte Nombres de carnets Dates extrêmes
1 Irak 18 1963-1994
2 Egypte 15 1963-1984
3 Palestine, Jordanie 32 1967-1984
4 Egypte, Initiative Sadate, Israël 34 1959-1884
5 Turquie, Etats Unis 19 Turquie (13) : 1960-2000 ; EU (6): 1971-2003
6 États-Unis, Rhodésie, Yémen, Sud Yémen 33 EU (17) : 1971-1983 ; Rhodésie (4) : 1962 ; Yémen (6) : 1962-1967 ; Yémen du Sud (6) : 1972-1982
7 Libye, Liban, Arabie Saoudite 35 Libye (14) : 1971-1984 ; Liban (3) : 1983-1984 ; Arabie S. (18) : 1962-2002
8 Divers 18 Chypre (6) : 1964-1998 ; Algérie (1) : 1965 ; Tunisie (1) : 1992 ; Londres (3) : 1994 ; Chili (1) : 1972 ; Cuba (1) : 1967-68 ; Canada (2) : 1983-1987 ; Roumanie (1) : 1992
9 Palestiniens 12 1974-1985
10 Grèce, Bologne, Genève, Koweit, Sommets 43 Grèce (25) : 1965-1983 ; Bologne (1) : 1973 ;  Genève (2) : 1973-1977) ; Koweit (10) : 1967-1984 ; Sommet OCI (1) : 1969 ; Sommet Palerme (1) DATE ??? ; Sommets (3) : 1964, 1969, 1981.
11 Iran (1) 27 1959-1979
12 Iran (2) 27 1980-1986
13 Iran (3) 17 ???
14 Soudan, Syrie (1) 18 Répartition ?
15 Soudan, Syrie (2) 22 Répartition ?
16 Golfe persique, Liban, Israël, Jordanie, Oman, Conférence islamique 28 Répartition ?

L’ensemble de ces archives et une partie des ouvrages sont entrés dans les collections de la Médiathèque de la MMSH en 2018 où ils sont en cours de traitement. Le déménagement des documents s’est fait en deux temps et a bénéficié de l’aide financière de Mémoires Méditerranéennes.

 

Numérisation des archives Serge Parisot

Madame Marie-Christine Parisot, fille du colonel Serge Parisot (voir fiche biographique), soucieuse du devenir des archives de son père, a contacté Mémoires méditerranéennes en 2013 par l’intermédiaire de Jean-François Clément.
Les documents rédigés et conservés par le colonel Parisot concernent principalement la présence militaire française en Afrique du nord et en Méditerranée de 1932 à 1962 et associent mémoires, revues de presse, photographies, dossiers documentaire, relatifs aux événements auxquels il a participé, de la fin de la pacification du sud-marocain à l’Algérie française. Emanant d’un officier de renseignement ces sources originales éclairent de façon inédite le débarquement américain de 1942 à Kenitra ou l’interception de l’avion des chefs du FLN en 1956 par exemple.
Lors de deux déplacements à Paris, Olivier Dubois et François Larbre ont vu la nécessité de préserver l’intégralité et l’homogénéité de ce fonds de quelques 5000 pages mais ont aussi été sensibles à son intérêt pour l’histoire du Maghreb moderne.
La destination naturelle de cet ensemble original était évidemment le Service historique de la défense à Vincennes, mais il a paru possible, sans démembrer ce fonds, de procéder à une numérisation préalable à ce dépôt au profit de la Médiathèque de la MMSH et de son service e-médiathèque dans la mesure où les documents recelés constituent des sources exploitables pour les chercheurs de la MMSH.
Cette numérisation a été effectuée au 1er semestre 2015 par Mémoires méditerranéennes avec les moyens de la Médiathèque. Le fonds Parisot sera bientôt accessible sur e-médiathèque.

Fiche biographique du colonel Serge Parisot

– 1909 – Naissance en décembre dans une famille lorraine de soldats.
– 1914-1918 – Enfance à Bar sur Aube.
– 1921-1926 – Lycéen à Paris, pratique le scoutisme.
– 1927-1929 – Elève à l’Ecole Militaire de Saint-Cyr.
– 1929-1932 – Sous-Lieutenant au 24° Chasseurs Alpins à Villefranche sur Mer ; initiation à la montagne en Dauphiné (ski, glacier). Volontaire pour les Théâtres d’opérations extérieurs :
– 1932-1935 – Lieutenant Chef de Section en opérations (Légion Etrangère) Haut-Atlas marocain
– Septembre 1932 – Catastrophe de Turenne en Algérie.
– 1ère ascension hivernale du djebel el Ayachi 3750 m.
– 1935-1939 – Professeur de Géographie à Saint-Cyr.
– 1939 – Capitaine commandant une compagnie aux 13° et 53° Chasseurs Alpins.
– « Drôle de guerre » devant la ligne Maginot (Alsace-Lorraine, Palatinat).
– 1940 – Campagne de Norvège – Campagne de France (Normandie) – Prisonnier, Evadé. A l’armistice : Commandant du Canton Militaire Hautes Pyrénées : Administration, ravitaillement, récolte.
– 1940 (fin) – Délégation française d’armistice à Turin.

– 1941 – Services Spéciaux clandestins pour neutraliser les commissions de contrôle ennemies au Maroc.
– 1942 – Complote pour le débarquement américain du 8 novembre.
– 1943 – Campagne de Tunisie : intoxication du Commandement ennemi par agents doubles.
– Débarquement en Sicile : recrutement d’agents doubles.
– Chef de Bataillon commandant le contre-espionnage offensif français de la 1ère DFL en Italie.
– 1944 – Récupération en Albanie des Alsaciens et Lorrains déserteurs de la Wehrmacht.
– Enrôlement d’un important ministre fasciste (Bottai) dans la Légion.
– Arrestation du chef de la Milice française, Darnand, et récupération de son trésor.
-1948-1950 – Lieutenant-Colonel Attaché Militaire et de l’Air en Roumanie, y échappe à un attentat, est expulsé par le régime.
– 1953 – Auditeur au Collège de Défense de l’OTAN.
– 1954 – Commandant du 22° Chasseurs Alpins à Nice, l’emmène en Kabylie.
– 1955 (septembre) – 1956 (avril) – Au Maroc oriental.
– 1956-1958 – Colonel chef du Service de Renseignements Opérationnels Algérie-Sahara. Obtient l’interception aérienne des chefs de l’insurrection algérienne (Ben Bella). Deux raids A/R au Sahara
– 1958 (septembre) – Chef de Corps du 94° Régiment d’Infanterie dans l’Aurès et Commandant du Secteur de Khenchela, avec pouvoirs de sous-préfecture.
– 1960 – Chargé à Stuttgart de la liaison avec la Bundeswehr du Sud.
– 1962 (avril) – Arrêté et jugé pour complot contre la sûreté de l’Etat ; condamné à 8 ans de détention (défendu par 1e Général Weygand).
– 1965 (juillet) Amnistié.

Vie civile:
– 1965 – Journaliste à Rome à la dernière session du Concile.
– 1966 – Enquêteur en Inde pour le Secours Catholique.
– Voyage en Afrique Equatoriale pour la Revue Française.
– Géographe des Editions ATLAS.
– Cours de Géographie pour les candidats à l’Ecole de Guerre jusqu’en 1989.
– Secrétaire archiviste de sa Promotion de Saint-Cyr
– Membre de la Commission Française d’Histoire Militaire.
– Commandeur de la Légion d’Honneur et Légionnaire de 1ère classe d’Honneur.

*** Continuer la lecture de Numérisation des archives Serge Parisot

Musée de l’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier

Rédigé par Jean-Robert Henry

Mémoires méditerranéennes s’est impliqué depuis un an dans la reconversion du projet de musée de Montpellier dédié à l’Algérie. A la demande de la conservatrice, ils oeuvrent à réorienter ce projet muséographique destiné  initialement à célébrer la mémoire des Français d’Algérie vers une histoire des relations entre la France et l’Algérie, entre la France et le Maghreb. Sur le modèle de l’exposition « L’Algérie et la France : destins et imaginaires croisés », réalisée en 2003 par Mémoires Méditerranéennes et les ANOM pour la Direction des Archives de France,  il s’agit de proposer aux visiteurs du musée un parcours historique s’adressant aux porteurs des différentes mémoires associées à cette histoire. En vue de préfigurer ce projet, l’exposition de 2003 a été rénovée et présentée à Montpellier en octobre 2012, dans le cadre du Festival Cinemed centré sur l’Algérie. Mémoires méditerranéennes a aussi favorisé la collaboration entre le Musée de Montpellier et la Médiathèque de la MMSH, qui est prête à mettre ses ressources documentaires à la disposition des expositions organisées par le musée.

Membres de Mémoires méditerranéennes concernés : Sébastien Denis, Didier Guignard, Jean-Robert Henry (président du Conseil scientifique), Ahmed Mahiou, Georges Morin, Abderrahmane Moussaoui, Paul Pandolfi.

Les partenaires de Mémoires méditerranéennes

1 – Les partenaires institutionnels dont les directeurs sont membres de droit de Mémoires méditerranéennes :

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence : http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/Pages/Presentation.aspx

Les Archives nationales d’outre-mer : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/

Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman : http://iremam.cnrs.fr/

2 – Les institutions avec lesquelles Mémoires méditerranéennes a collaboré régulièrement ou ponctuellement :

L’Alcazar, Bibliothèque de Marseille à vocation régionale : http://www.bmvr.marseille.fr/

Ambassade de France au Maroc : http://www.ambafrance-ma.org/

Association des Amis de Théophile-Jean Delaye : amisthjdelaye@hotmail.fr

Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc : http://www.bnrm.ma/

 

Soutien aux colloques organisés par Gérard Khoury

L’Association Mémoires Méditerranéennes a été associée à trois reprises à l’organisation de colloques sur la période du mandat français en Syrie et au Liban montés par Gérard Khoury :

1 – En juin 2001, Nadine Méouchy, Peter Sluglett et Gérard Khoury ont organisé une Semaine d’études mandataires comprenant deux colloques : l’un autour d’une  personnalité   du mandat, Gabriel Bounoure, responsable de 1923 à 1952 de l’Instruction publique au Levant, et l’autre consacré à l’étude comparée des mandats anglais et français au Levant. Ces deux colloques étaient accompagnés d’une exposition « François de Marliave » à la Salle Pavillon de la Mairie d’Aix en Provence. Le premier colloque a fait l’objet d’une publication en 2004 sous le titre « Vergers d’exil : hommage à Gabriel Bounoure », Editions Geuthner, Paris, 2004, et le second à un volume intitulé «  The British and French Mandates in Comparative Perspectives- Les Mandats français et anglais dans une perspective comparative » chez Brill en 2003.

 

2- En juin 2003, Gérard Khoury a organisé un colloque sur Sélim Takla, ministre des Affaires Etrangères du premier gouvernement du Liban indépendant. Ce colloque a fait l’objet d’une publication sous le titre « Sélim Takla-1895-1945. Une contribution à l’Indépendance du Liban » aux éditions Karthala en 2004.

 

3- En juin 2005,Nadine Méouchy et Gérard Khoury ont organisé un important colloque, réunissant une soixantaine de participants des pays arabes et européens ainsi que d’Amérique du Nord, sur le Thème « Etats et Sociétés de l’Orient arabe en quête d’avenir 1945-2005 » qui a fait l’objet d’un publication en deux volumes sous le même titre, Tome 1 : Fondements et sources, Tome 2 : Dynamiques et enjeux, chez Geuthner, Paris, 2006 .

Article rédigé par Gérard Khoury

Accompagnement de projets de recherches

Mémoires méditerranéenne a soutenu des projets portés par Françoise Lorcerie, directrice de recherche au CNRS (IREMAM).

En 2011 une demande de prêt a été adressée à l’ACSE (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité), organisme de soutien l’intégration des immigrés, pour financer une enquête auprès des lycéens marseillais (dossier CERFA).

L’enquête était ainsi présentée par Françoise Lorcerie :

 L’idée et le vécu de la citoyenneté en contexte pluraliste :

les lycéens de Marseille.

Deuxième volet, 2011.

Cette enquête s’inscrit dans le prolongement d’une précédente enquête passée en 2000 et 2001 dans 8 lycées publics de Marseille (1 LG, 3 LGT, 4 LP). Sous le thème englobant de la citoyenneté, elle visait à saisir comment les élèves des lycées de Marseille, toutes filières confondues, construisent leurs identités sociales et politiques. Quelque 1150 questionnaires avaient alors été recueillis et traités. Un rapport édité par l’IREMAM et plusieurs articles ont présenté les résultats de ce travail.

Dix ans après, dans un contexte de changement social accéléré, il paraît opportun d’actualiser l’enquête. Le thème central conservant son actualité, il est intéressant de prendre une nouvelle image des représentations des lycéens à cet égard, de sorte à pouvoir cerner les évolutions.

Le thème général de la citoyenneté couvre dans cette enquête la question complexe de la construction des identités sociales et politiques dans une société locale brassée de longue date par les immigrations. Dans le questionnaire, cette vaste question a été spécifiée en indicateurs en référence aux trois registres du lien social : le civisme (connaissances et pratiques), la civilité, et la sociabilité.

Il s’agit de tenter d’appréhender les logiques qui président à la façon dont les élèves se positionnent, individuellement et collectivement, comme membres du lycée, de la société locale, de la société nationale et de tout autre groupe.

Trois dimensions de variation sont systématiquement explorées :

  1.  distinction d’âge et de maturité scolaire : élèves en début de lycée / élèves en fin de lycée;
  2.  distinction sociale et socio-scolaire : élèves de lycée général et technologique / élèves de LP ;
  3. distinction ethno-sociale : élèves issus des immigrations non européennes / autres.

En restreignant l’enquête à Marseille, on vise à contrôler la variation locale du phénomène analysé. Cela empêche de généraliser tous les résultats à l’ensemble de la France. Mais cela permet de mieux repérer les facteurs de variation qui jouent à l’échelle locale : le local est plus complexe que l’image qu’on en donne parfois.

L’enquête se fait par questionnaires papier (une heure par classe), complétés éventuellement par des entretiens.

Le questionnaire a été passé dans trois établissements marseillais (450), puis traité par deux étudiantes stagiaires du DEUG MASS, à l’aide du logiciel Modalisa.

En 2013 une nouvelle fiche CERFA a été adressée à l’ACSE, sur la proposition de F. Lorcerie, pour soutenir l’édition de la thèse de Fabrice Dhume, soutenue à Aix en 2012 avec la mention TH Félicitations, sous le titre : « Entre l’école et l’entreprise, la discrimination ethnico-raciale dans les stages. Une sociologie publique de l’ethnicisation des frontières et de l’ordre scolaires ».

Le manuscrit, préparé en vue de l’édition chez Karthala dans la collection de l’IREMAM, a été accepté en janvier 2013 par la commission Publications de l’IREMAM, tout en souhaitant qu’un soutien complémentaire soit trouvé. Mémoires méditerranéennes a accepté d’être l’intermédiaire de cette demande à l’ACSE. Le crédit est attendu pour septembre 2013.

Exposition : Cent mille réfugiés. 1955-1962

Cent mille réfugiés. 1955-1962

L’exposition itinérante, la petite brochure et le site Internet qui en reprend le contenu, sont consacrés à un « dommage collatéral » rarement montré de la guerre d’Algérie : l’exode massif des populations algériennes.
Ils utilisent les photos de repérage d’un film préparé au Maroc oriental en 1961, mais qui n’eut pas le temps d’être tourné: pour cause, heureusement, de négociations de paix. Y sont évoqués les causes de l’exode (zones d’opérations, barrage aux frontières), les lieux d’implantation, les conditions de vie, la solidarité internationale, la scolarisation et l’encadrement politique.

Le propos est d’empêcher des faits importants de tomber dans l’oubli après la mort des témoins directs, et de fournir des matériaux pour une Histoire que l’on pouvait espérer enfin plus sereine et moins simplificatrice qu’elle ne l’a trop souvent été jusqu’ici, déplorations nostalgiques d’un côté, images d’Épinal patriotico-héroïques de l’autre.
Il n’est pas question ici de nier les bouleversements et les souffrances qu’ont connu des centaines de milliers d’Européens à l’occasion de la guerre et de l’accession à l’Indépendance d’un pays où ils étaient nés, eux aussi. Ces aspects-là de la réalité ont été abondamment évoqués. Cependant, des millions d’Algériens « de souche » ont également connu le « déracinement » dans les camps de regroupement, l’exode au Maroc et en Tunisie; sans compter les autres centaines de milliers réfugiés en France, et sans remonter jusqu’aux populations déjà chassées hors de leurs terres par les campagnes de Bugeaud et de Lamoricière. Un « travail de mémoire » se doit d’être complet.

L’exposition a été accueillie entre 2003 et 2005, à Aix-en-Provence (MMSH), Cergy, Oran , Alger, et les panneaux sont restés en Algérie pour y circuler.

Production : Institut de l’image, Aix-en-Provence, avec le soutien de Mémoires méditerranéennes et de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.

Site Internet : http://www.imageson.org/document399.html.

Article rédigé par François Chevaldonné