Archives mensuelles : juillet 2013

Musée de l’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier

Rédigé par Jean-Robert Henry

Mémoires méditerranéennes s’est impliqué depuis un an dans la reconversion du projet de musée de Montpellier dédié à l’Algérie. A la demande de la conservatrice, ils oeuvrent à réorienter ce projet muséographique destiné  initialement à célébrer la mémoire des Français d’Algérie vers une histoire des relations entre la France et l’Algérie, entre la France et le Maghreb. Sur le modèle de l’exposition « L’Algérie et la France : destins et imaginaires croisés », réalisée en 2003 par Mémoires Méditerranéennes et les ANOM pour la Direction des Archives de France,  il s’agit de proposer aux visiteurs du musée un parcours historique s’adressant aux porteurs des différentes mémoires associées à cette histoire. En vue de préfigurer ce projet, l’exposition de 2003 a été rénovée et présentée à Montpellier en octobre 2012, dans le cadre du Festival Cinemed centré sur l’Algérie. Mémoires méditerranéennes a aussi favorisé la collaboration entre le Musée de Montpellier et la Médiathèque de la MMSH, qui est prête à mettre ses ressources documentaires à la disposition des expositions organisées par le musée.

Membres de Mémoires méditerranéennes concernés : Sébastien Denis, Didier Guignard, Jean-Robert Henry (président du Conseil scientifique), Ahmed Mahiou, Georges Morin, Abderrahmane Moussaoui, Paul Pandolfi.

Les partenaires de Mémoires méditerranéennes

1 – Les partenaires institutionnels dont les directeurs sont membres de droit de Mémoires méditerranéennes :

La Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence : http://www.mmsh.univ-aix.fr/apropos/Pages/Presentation.aspx

Les Archives nationales d’outre-mer : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anom/fr/

Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman : http://iremam.cnrs.fr/

2 – Les institutions avec lesquelles Mémoires méditerranéennes a collaboré régulièrement ou ponctuellement :

L’Alcazar, Bibliothèque de Marseille à vocation régionale : http://www.bmvr.marseille.fr/

Ambassade de France au Maroc : http://www.ambafrance-ma.org/

Association des Amis de Théophile-Jean Delaye : amisthjdelaye@hotmail.fr

Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc : http://www.bnrm.ma/

 

Soutien aux colloques organisés par Gérard Khoury

L’Association Mémoires Méditerranéennes a été associée à trois reprises à l’organisation de colloques sur la période du mandat français en Syrie et au Liban montés par Gérard Khoury :

1 – En juin 2001, Nadine Méouchy, Peter Sluglett et Gérard Khoury ont organisé une Semaine d’études mandataires comprenant deux colloques : l’un autour d’une  personnalité   du mandat, Gabriel Bounoure, responsable de 1923 à 1952 de l’Instruction publique au Levant, et l’autre consacré à l’étude comparée des mandats anglais et français au Levant. Ces deux colloques étaient accompagnés d’une exposition « François de Marliave » à la Salle Pavillon de la Mairie d’Aix en Provence. Le premier colloque a fait l’objet d’une publication en 2004 sous le titre « Vergers d’exil : hommage à Gabriel Bounoure », Editions Geuthner, Paris, 2004, et le second à un volume intitulé «  The British and French Mandates in Comparative Perspectives- Les Mandats français et anglais dans une perspective comparative » chez Brill en 2003.

 

2- En juin 2003, Gérard Khoury a organisé un colloque sur Sélim Takla, ministre des Affaires Etrangères du premier gouvernement du Liban indépendant. Ce colloque a fait l’objet d’une publication sous le titre « Sélim Takla-1895-1945. Une contribution à l’Indépendance du Liban » aux éditions Karthala en 2004.

 

3- En juin 2005,Nadine Méouchy et Gérard Khoury ont organisé un important colloque, réunissant une soixantaine de participants des pays arabes et européens ainsi que d’Amérique du Nord, sur le Thème « Etats et Sociétés de l’Orient arabe en quête d’avenir 1945-2005 » qui a fait l’objet d’un publication en deux volumes sous le même titre, Tome 1 : Fondements et sources, Tome 2 : Dynamiques et enjeux, chez Geuthner, Paris, 2006 .

Article rédigé par Gérard Khoury

Accompagnement de projets de recherches

Mémoires méditerranéenne a soutenu des projets portés par Françoise Lorcerie, directrice de recherche au CNRS (IREMAM).

En 2011 une demande de prêt a été adressée à l’ACSE (Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité), organisme de soutien l’intégration des immigrés, pour financer une enquête auprès des lycéens marseillais (dossier CERFA).

L’enquête était ainsi présentée par Françoise Lorcerie :

 L’idée et le vécu de la citoyenneté en contexte pluraliste :

les lycéens de Marseille.

Deuxième volet, 2011.

Cette enquête s’inscrit dans le prolongement d’une précédente enquête passée en 2000 et 2001 dans 8 lycées publics de Marseille (1 LG, 3 LGT, 4 LP). Sous le thème englobant de la citoyenneté, elle visait à saisir comment les élèves des lycées de Marseille, toutes filières confondues, construisent leurs identités sociales et politiques. Quelque 1150 questionnaires avaient alors été recueillis et traités. Un rapport édité par l’IREMAM et plusieurs articles ont présenté les résultats de ce travail.

Dix ans après, dans un contexte de changement social accéléré, il paraît opportun d’actualiser l’enquête. Le thème central conservant son actualité, il est intéressant de prendre une nouvelle image des représentations des lycéens à cet égard, de sorte à pouvoir cerner les évolutions.

Le thème général de la citoyenneté couvre dans cette enquête la question complexe de la construction des identités sociales et politiques dans une société locale brassée de longue date par les immigrations. Dans le questionnaire, cette vaste question a été spécifiée en indicateurs en référence aux trois registres du lien social : le civisme (connaissances et pratiques), la civilité, et la sociabilité.

Il s’agit de tenter d’appréhender les logiques qui président à la façon dont les élèves se positionnent, individuellement et collectivement, comme membres du lycée, de la société locale, de la société nationale et de tout autre groupe.

Trois dimensions de variation sont systématiquement explorées :

1. distinction d’âge et de maturité scolaire : élèves en début de lycée / élèves en fin de lycée ;

2. distinction sociale et socio-scolaire : élèves de lycée général et technologique / élèves de LP ;

3. distinction ethno-sociale : élèves issus des immigrations non européennes / autres.

En restreignant l’enquête à Marseille, on vise à contrôler la variation locale du phénomène analysé. Cela empêche de généraliser tous les résultats à l’ensemble de la France. Mais cela permet de mieux repérer les facteurs de variation qui jouent à l’échelle locale : le local est plus complexe que l’image qu’on en donne parfois.

L’enquête se fait par questionnaires papier (une heure par classe), complétés éventuellement par des entretiens.

Le questionnaire a été passé dans trois établissements marseillais (450), puis traité par deux étudiantes stagiaires du DEUG MASS, à l’aide du logiciel Modalisa.

 

En 2013 une nouvelle fiche CERFA a été adressée à l’ACSE, sur la proposition de F. Lorcerie, pour soutenir l’édition de la thèse de Fabrice Dhume, soutenue à Aix en 2012 avec la mention TH Félicitations, sous le titre : « Entre l’école et l’entreprise, la discrimination ethnico-raciale dans les stages. Une sociologie publique de l’ethnicisation des frontières et de l’ordre scolaires ».

Le manuscrit, préparé en vue de l’édition chez Karthala dans la collection de l’IREMAM, a été accepté en janvier 2013 par la commission Publications de l’IREMAM, tout en souhaitant qu’un soutien complémentaire soit trouvé. Mémoires méditerranéennes a accepté d’être l’intermédiaire de cette demande à l’ACSE. Le crédit est attendu pour septembre 2013.

Exposition : Cent mille réfugiés. 1955-1962

Cent mille réfugiés. 1955-1962

L’exposition itinérante, la petite brochure et le site Internet qui en reprend le contenu, sont consacrés à un « dommage collatéral » rarement montré de la guerre d’Algérie : l’exode massif des populations algériennes.
Ils utilisent les photos de repérage d’un film préparé au Maroc oriental en 1961, mais qui n’eut pas le temps d’être tourné: pour cause, heureusement, de négociations de paix. Y sont évoqués les causes de l’exode (zones d’opérations, barrage aux frontières), les lieux d’implantation, les conditions de vie, la solidarité internationale, la scolarisation et l’encadrement politique.

Le propos est d’empêcher des faits importants de tomber dans l’oubli après la mort des témoins directs, et de fournir des matériaux pour une Histoire que l’on pouvait espérer enfin plus sereine et moins simplificatrice qu’elle ne l’a trop souvent été jusqu’ici, déplorations nostalgiques d’un côté, images d’Épinal patriotico-héroïques de l’autre.
Il n’est pas question ici de nier les bouleversements et les souffrances qu’ont connu des centaines de milliers d’Européens à l’occasion de la guerre et de l’accession à l’Indépendance d’un pays où ils étaient nés, eux aussi. Ces aspects-là de la réalité ont été abondamment évoqués. Cependant, des millions d’Algériens « de souche » ont également connu le « déracinement » dans les camps de regroupement, l’exode au Maroc et en Tunisie; sans compter les autres centaines de milliers réfugiés en France, et sans remonter jusqu’aux populations déjà chassées hors de leurs terres par les campagnes de Bugeaud et de Lamoricière. Un « travail de mémoire » se doit d’être complet.

L’exposition a été accueillie entre 2003 et 2005, à Aix-en-Provence (MMSH), Cergy, Oran , Alger, et les panneaux sont restés en Algérie pour y circuler.

Production : Institut de l’image, Aix-en-Provence, avec le soutien de Mémoires méditerranéennes et de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.

Site Internet : http://www.imageson.org/document399.html.

Article rédigé par François Chevaldonné