Archives mensuelles : septembre 2015

Un fonds photographique exceptionnel sur le Maroc

IREMAM – MEMOIRES MEDITERRANEENNES

Un fonds photographique exceptionnel sur le Maroc du début XXe

Photographies du Maroc 1912-1933

 Présentation par Colin Miège

 Jeudi 17 septembre 2015, 14h-16h     MMSH Aix-en-Provence, Salle G. Duby


Désiré SIC (1883-1972), photographe amateur dès les années 1900, fait trois séjours au Maroc entre 1912 et 1933, comme sous-officier puis officier du Génie.

Bénéficiant d’une autorisation de photographier accordée par les autorités militaires il a réalisé en plus de 1 500 photographies sur plaques de verre, souvent de grande qualité, de véritables reportages sur les premières années du protectorat qui présentent un intérêt autant historique qu’ethnologique et géographique.

Colin Miège, son petit-fils, a entrepris la numérisation de ce fonds, jusqu’à maintenant conservé dans sa famille et totalement inédit, qu’il souhaite rendre accessible aux chercheurs et au grand public tant en France qu’au Maroc.

C’est dans ce souci qu’il a contacté l’association Mémoires Méditerranéennes qui organise avec l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) cette première rencontre avec le monde de la recherche.

Présentation de Désiré Sic, par Colin Miège

Né à Entrevaux dans les Basses-Alpes en 1883, Désiré Sic s’est passionné très tôt pour la photographie, qu’il a pratiquée assidûment durant une bonne partie de sa vie. Après l’avoir découverte au début des années 1900, il commence à prendre de multiples photographies dès son arrivée au Maroc en 1912 en tant que militaire du Génie, et poursuit son activité sur le front de France entre 1915 et 1917, grâce à l’autorisation de photographier accordée par les autorités militaires. Il continuera à prendre des vues jusqu’à la fin des années trente dans ses diverses affectations militaires, aussi bien au Maroc qu’en France, et réalisera plus de 4 000 photographies, constituant de véritables reportages ethnographiques et historiques.

Homme du sud et montagnard, Désiré Sic a éprouvé à l’évidence un vif intérêt pour les paysages du Maroc, ses habitants et les coutumes de la société marocaine qu’il découvre lors de son premier séjour en 1912. Les clichés de cette période constituent un témoignage rare sur des modes de vie rudes et ancestraux, et sur les débuts de la présence coloniale française. Le photographe se met souvent en scène, seul ou avec des proches, tout en captant les images des éléments les plus pittoresques qui retiennent son attention. Lors de ses deux séjours d’après-guerre au Maroc, son intérêt pour ce pays qui s’ouvre à l’influence occidentale et qui évolue alors rapidement ne faiblit pas. Il est certain que Désiré Sic s’est senti en symbiose avec la rudesse du climat et avec l’âpreté des paysages de ce territoire qui lui rappelle ses Basses-Alpes natales. Ainsi, sur une vue d’El Hadira prise au début des années vingt, il note qu’elle « présente quelque ressemblance avec la vallée du Var », dont le fleuve ceinture le village d’Entrevaux. Il apprend aussi l’arabe afin de converser plus aisément avec « ses ouvriers indigènes », et son type physique basané facilite son intégration, lui permettant même à l’occasion de se fondre à eux.

Les photographies stéréoscopiques sur plaques de verre, qui constituent le témoignage le plus emblématique du parcours militaire de Désiré Sic au Maroc, avaient été rangées par leur auteur dans des boites en carton, qui constituaient le conditionnement d’origine des plaques vierges (de format 6 x 12). Elles étaient regroupées le plus souvent par thèmes (Maroc avant-guerre, Maroc après-guerre, scènes de genres, etc.), sans toujours respecter un ordre chronologique ni même un classement rigoureux. à l’intérieur des boîtes, figurent parfois des annotations manuscrites qui permettent opportunément de localiser avec précision certaines photographies. De même, les clichés de personnages sont fréquemment accompagnés de leurs noms. Toutes ces photographies et archives sont restées quasiment inexploitées jusqu’en 2010, date à laquelle les négatifs ont pu être numérisés. Rapprochées des documents de toute nature accumulés par le photographe au cours de ses séjours, elles se complètent tel un « puzzle » pour constituer un ensemble particulièrement éclairant sur les premières années de la colonisation du Maroc, qui correspondent pour l’essentiel à la période du protectorat incarné par Lyautey.

Ces photographies inédites, outre leur qualité esthétique liée au choix des sujets comme au soin dans la prise de vue et le cadrage, présentent un réel intérêt historique et patrimonial. Ces raisons ont justifié leur communication aux archives du Maroc, en vue de les porter à la connaissance des chercheurs et du grand public.

 

 

En savoir plus sur le site Mémoires Méditerranéennes (en cours de refonte)

 

A retrouver sur le site de l’Iremam : http://iremam.cnrs.fr/spip.php?article2950

Lettre d’information : été 2014

Chers amis,

 

Quelques nouvelles de notre association avant que l’avancement de l’été ne nous mette à distance de nos préoccupations habituelles.

 

Tout d’abord le Musée d’Histoire de la France et de l’Algérie dont vous avez dû suivre les péripéties à travers la presse et les informations que Paul Siblot diffusait aux signataires de la pétition en faveur de son maintien. La Communauté d’agglomération de Montpellier, sur proposition de son président, Philippe Saurel, a voté l’abandon de ce projet le 19 juin dernier.

Lancé en 2003 par Georges Frêche ce projet de musée d’histoire commune de la France et de l’Algérie n’avait vraiment démarré qu’en 2010 avec le début des travaux dans l’ancien hôtel de Montcalm. L’équipe muséographique constituée s’était adjointe un comité scientifique où siégeaient plusieurs membres de Mémoires méditerranéennes (Didier Guignard, Jean-Robert Henry, Paul Pandolfi) et, en 2012, l’exposition L’Algérie et la France réalisée par notre association et les ANOM avait été présentée à Montpellier en préfiguration du musée qui aurait dû ouvrir ses portes en 2015.

Suite à cette décision d’abandon le conseil scientifique a rencontré le 1er juillet la Ministre de la culture qui s’est montrée soucieuse de l’avenir de ce projet et surtout du devenir des collections déjà constituées et du travail scientifique réalisé ; un partenariat avec le MUCEM à Marseille ou les Archives d’Outremer à Aix-en-Provence a été évoqué. Des développements nouveaux sont à attendre pour la rentrée.

 

Parmi les projets engagés par notre association celui de la sauvegarde des archives du colonel Parisot s’est précisé : Madame Parisot, sa fille, a donné son accord pour la numérisation de ce fonds qui devrait être réalisée à la MMSH cette fin d’année.

De même l’idée d’une numérisation des archives de Théophile-Jean Delaye progresse et un inventaire de ce fonds est envisageable dans l’année qui vient.

 

Enfin il ne faudrait pas que notre sympathie pour Mémoires méditerranéennes se limite au versement (souvent irrégulier) d’une cotisation.

Notre association s’est toujours beaucoup engagée pour soutenir l’activité et les collections de la Médiathèque de la MMSH : cette rentrée la Médiathèque va avoir à traiter des versements importants de bibliothèques de chercheurs dans la continuation des activités dans lesquelles Mémoires méditerranéennes s’est toujours beaucoup investie. Nous vous tiendrons au courant des projets accompagnant ces dons (partenariats éventuels avec d’autres bibliothèques). Si des membres de l’association sont intéressés par une participation à ces opérations, en dégageant un peu de leur temps pour participer aux opérations de tri et de traitement de ces collections, par exemple, cela pourrait être très utile. Nous vous aviserons en temps requis d’un calendrier d’intervention sur ces fonds ainsi que de la nature des tâches à effectuer, les bonnes volontés intéressées peuvent déjà se signaler.

 

Il ne me reste qu’à vous souhaiter un bon été.

 

François Larbre

Président de Mémoires méditerranéennes

Lettre d’information : été 2015

Chers amis,

 

 

 

Selon le rythme désormais installé je vous donne quelques nouvelles de l’activité de notre association au premier semestre de cette année.

 

 

La double nationalité en Méditerranée occidentale : Journée d’étude

 

Avec la MMSH et l’Observatoire inter-labos sur les relations euro-méditerranéennes, Mémoires méditerranéennes a participé au montage du colloque « La double nationalité en Méditerranée occidentale : politiques, pratiques et vécus » qui s’est tenu à Marseille le 26 mai dernier à la Villa méditerranée avec le soutien de la région PACA.

Une publication des communications est prévue sous forme électronique.

 

 

Archives André Raymond

 

Madame Brigitte Raymond a remis à la MMSH la bibliothèque et les archives d’André Raymond. Il s’agit de 44 mètres linéaires d’ouvrages, 10 m/l. de dossiers, 20 m/l. de boites d’archives, 29 boites de fichiers, 38 tiroirs à fiches, 32 boites de diapos.

Les ouvrages sont en cours d’intégration dans les collections de la médiathèque de la MMSH ; le reste des archives a été déposé dans une salle de réunion de l’IREMAM en attendant l’équipement nécessaire pour les ranger et les mettre à la disposition des chercheurs qui voudront travailler dessus.

 

 

Archives Serge Parisot

 

Quelques 2000 pages d’archives du colonel Parisot qui avaient été mises à disposition de Mémoires méditerranéennes ont été numérisées à la MMSH ; (voir la lettre d’information précédente).

 

 

Archives Théophile-Jean Delaye

 

Mémoires méditerranéennes avait été partie prenante de l’opération ayant abouti à une grande exposition des œuvres de ce géographe et peintre à Rabat. Suite aux contacts établis avec ses descendants, un inventaire devrait débuter en septembre à Saint-Paul-trois- châteaux (famille Seux) et Crest (famille Raoul Delaye) avec les contributions d’Aurélia Dusserre et François Larbre

 

 

Archives photographiques Dic

 

Grâce à Jean-François Clément, encore une fois, nous sommes entrés en contact avec M. Colin Miège qui souhaite valoriser le fonds photographique de son grand-père Désiré Dic, officier du Génie au Maroc entre 1912 et 1933. Il s’agit de 1500 images sur plaques de verre, souvent de très grande qualité tant esthétique que documentaire, accompagnées de carnets et d’archives diverses, l’ensemble n’ayant jamais été exploité. Ce fonds étant en cours de numérisation M. Miège envisage de le mettre à disposition de la recherche historique.

Les premières approches font apparaître les possibilités d’une exposition aux Archives nationales du Maroc (Jamaâ Baïda directeur) et de l’édition d’un beau livre par les Edition la Croisée des chemins à Casablanca. La place de l’IREMAM et de la MMSH dans cette opération est à étudier.

 

 

Don Abéasis

 

Olivier Dubois et François Larbre ont rendu visite à M. Abéasis à Paris pour évaluer l’intérêt du don qu’il propose. Le don se divise en 2 grands ensembles : une partie très homogène sur la peinture en Tunisie depuis 1894 : bibliothèque, affiches et archives de travail, pourraient être accueillies par la Médiathèque de la MMSH. La seconde partie, le fonds d’atelier et les photos et films de vacances de Louise-Marie Peyre, peintre ayant résidé en Tunisie et dans la région PACA, ont fait l’objet de démarches auprès des musées de la région ayant de telles collections, mais l’absence de réponse à ce jour semble peu prometteuse.

 

 

Sous-sol de la MMSH

 

Les efforts de notre association pour sensibiliser ses partenaires institutionnels aux collections des périodiques de l’IREMAM entreposées dans le sous-sol de la MMSH, commencent à être relayés : Sylvie Denoix, au nom de la Remmm, s’est inquiétée des conditions de conservation du sous-sol et propose à l’IREMAM de consacrer quelques moyens de la Remmm à une remise en état de ce local.

 

 

Rappel de cotisations

 

Le temps des subventions publiques abondantes et facilement accessibles est bien révolu ! Mémoires méditerranéennes ne peut guère compter que sur l’engagement de ses membres pour assurer son fonctionnement.

Aussi n’oublions pas de nous mettre à jour de notre cotisation 2015 (16 €) à adresser à notre trésorier Olivier Dubois à la médiathèque de la MMSH.

 

 

 

En attendant de nous revoir pour l’Assemblée générale de fin d’année je vous souhaite à tous de passer un très bon été.

 

 

François Larbre

 

Président

Lettre d’information : été 2013

 

Chers amis,

 

Comme je m’y étais engagé je vous donne quelques nouvelles des activités de Mémoires méditerranéennes au cours du premier semestre de cette année.

 

Dons d’ouvrages

 

La redirection des doubles des ouvrages entrés par dons dans les fonds de la médiathèque de la MMSH s’est organisée grâce aux contacts des membres de Mémoires méditerranéennes : 70 cartons représentants quelques 3500 titres auxquels s’ajoutent 300 ouvrages apportés par Larbi Talha (GREQAM – Université d’Aix-Marseille) sont en instance de départ pour la Bibliothèque de l’Université de Tlemcen.

 

Diffusion de l’ouvrage sur « Le temps de la coopération »

 

Sorti en décembre dernier chez Karthala, l’ouvrage sur Le temps de la coopération. Sciences sociales et décolonisation au Maghreb met un point final à un projet dans lequel Mémoires méditerranéennes s’est beaucoup impliqué durant les années précédentes. Au croisement de l’histoire orale et de l’histoire intellectuelle, ce livre (accompagné d’un DVD) a été bien accueilli par le public spécialisé ainsi que par tous ceux qui avaient donné leur témoignage. Il a été également bien reçu par la presse algérienne à l’occasion de plusieurs conférences données au mois de mai pour le présenter à Alger, Tlemcen et Oran

 

Musée d’histoire de la France et de l’Algérie (MHFA) à Montpellier

 

A travers Jean-Robert Henry et d’autres membres de l’association, Mémoires méditerranéennes s’est impliqué depuis un an dans la reconversion du projet de musée de Montpellier dédié à l’A1gérie. A la demande de la conservatrice, ils contribuent à réorienter ce projet muséographique destiné initialement à célébrer l’histoire de la France en Algérie vers une histoire des relations entre les deux pays. Dans le même esprit que l’exposition « L’Algérie et la France : destins et imaginaires croisés », réalisée en 2003 par Mémoires Méditerranéennes et les ANOM pour la Direction des Archives de France, il s’agit de proposer aux visiteurs du musée un parcours historique s’adressant aux porteurs des différentes mémoires associées à cette histoire. En vue de préfigurer ce projet, l’exposition de 2003 a été rénovée et présentée à Montpellier en octobre 2012, dans le cadre du Festival Cinemed centré sur l’Algérie. Mémoires méditerranéennes a aussi favorisé la collaboration entre le Musée de Montpellier et la Médiathèque de la MMSH, qui est prête à mettre ses ressources documentaires à la disposition des expositions organisées par le musée.

Les membres de Mémoires méditerranéennes impliqués sont principalement : Sébastien Denis, Didier Guignard, Jean-Robert Henry (président du Conseil scientifique du MHFA), Ahmed Mahiou, Georges Morin, Abderrahmane Moussaoui, Paul Pandolfi, François Pouillon.

 

Don d’archives

 

Gérard Khoury possède des archives sonores importantes : des interviews de Georges Duby et Maxime Rodinson (pour lequel il a aussi 7 h. de rush pour un documentaire qui n’a jamais vu le jour), il a également des interviews de Gabriel Dussurget, fondateur du Festival d’Art lyrique d’Aix, des archives sur un colloque concernant la Revue l’Arc, des entretiens avec Jean Gaulmier sur l’histoire de la Syrie au 20e siècle, un entretien filmé avec Manuel de Diéguez (avec une partie de comparaison sur les 3 monothéisme)…

Il conserve aussi des albums photos des journées qu’il a organisées à la MMSH, une collection de peintures de François de Marliave qui pourraient être numérisées, des reproductions des dessins d’Urbain de Valsère, et toute la partie « de travail » de sa bibliothèque.

Ce sont toutes ces collections, originaux ou copies, dont il envisage de faire bénéficier des dépôts publics, témoignant là de sa complète adhésion aux objectifs de notre association qui devra ensuite s’employer à la mise en valeur de tels dons.

Photographies de Paul Chatinières

 

La prochaine réédition au Maroc par l’éditeur La Croisée des chemins du livre initialement paru en 1919 de Paul Chatinières Dans le Grand Atlas marocain, Extraits du carnet de route d’un médecin d’assistance médicale indigène, a été l’occasion d’entrer en contact avec la petite fille de ce médecin mort en 1928 à Taroudant en soignant une épidémie de typhus. Celle-ci conserve des centaines de plaques photographiques prises par son grand-père et représentant le sud marocain entre 1912 et 1916 ; souhaitant rendre ces images accessibles elle envisage de recourir aux services spécialisés de la MMSH pour les numériser et en assurer une large diffusion.

Beaucoup de ces photos n’étant plus légendées il y aura un travail de documentation à réaliser qui pourra mobiliser les compétences des membres de notre association.

Site internet de Mémoires méditerranéennes

 

Mémoires méditerranéennes sur Internet

 

Suite à l’idée lancée lors de la dernière assemblée générale de doter l’association d’un site web et grâce aux compétences et à l’investissement de François Siino et Olivier Dubois nous avons pu faire avancer ce projet que vous pouvez déjà découvrir à l’adresse http://memoirmed.hypotheses.org/

L’hébergement de ce site par la plateforme Hypothèses, développée pour le CNRS, l’EHESS et des universités, ne coûte rien à Mémoires méditerranéennes sinon la peine de ceux qui contribueront à l’enrichir. Pour le moment ses contenus ne sont pas encore très développés mais tous les membres peuvent y apporter quelque chose. L’objectif est d’offrir sur Internet la vision la plus complète possible des activités de Mémoires méditerranéennes quand, aujourd’hui, qu’on l’apprécie ou non, ne pas être sur le web revient à ne pas avoir d’existence…

 

 

Voilà donc un point sur l’actualité de Mémoires méditerranéennes, il ne me reste qu’à vous souhaiter un très bon été en attendant de nous retrouver à l’Assemblée générale de la fin de l’année.

 

 

 

François Larbre

Président de Mémoires méditerranéennes