Archives par mot-clé : Algérie

Un village d’Oranie

La publications aux éditions Non-Lieu de la monographie : Un village d’Oranie : les Ouled Mimoun jusqu’à 1914 par François Chevaldonné.

Couverture du livre
Couverture du livre

Ce travail sur des archives inédites relatives à un village d’Oranie à l’époque coloniale a été  mené par notre ami François Chevaldonné. L’association a soutenu cette édition qu’il est possible d’acquérir directement auprès de Mémoires méditerranéennes.

Les archives de Gaston Messud

Mémoires méditerranéennes a été contactée via son site web par les héritières de Gaston Messud, ses petites filles résidant au Canada en novembre 2014. Celles-ci souhaitant vider l’appartement toulonnais de leur grand-père, elles ne savaient que faire d’un important volume d’archives dont elles avaient du mal à mesurer l’intérêt. François Larbre, Olivier Dubois et Hassan Moukhlisse se sont donc déplacés à Toulon.

Ils ont découvert un fonds d’archives important mais très personnel, constitué de toutes les traces de la vie de Gaston Messud (1905-1998). Cet ancien officier de marine, polytechnicien, originaire d’Algérie, travailla dans le monde entier comme ingénieur dans le pétrole puis, à sa retraite, fut très  impliqué dans la vie politique varoise.

Outre des mémoires manuscrites (3000 pages), le fonds très personnel comprend une importante correspondance avec des personnages politiques de premier plan, des collections algérianistes, des collections de cartes postales…

Suite à cette visite, et devant l’hétérogénéité de l’ensemble, Mémoires méditerranéennes a proposé aux ayant droits  de s’enquérir de l’intérêt des Archives départemental du Var pour le dépôt d’un tel fonds. Celles-ci s’étant déclarées intéressées le versement a été effectué au printemps 2015.

Fonds Fanny Colonna

Fanny Colonna, sociologue et anthropologue franco-algérienne est décédée à Paris fin 2014.

Sur le terrain …

L’année suivante ses enfants, dépassés par le volume de sa bibliothèque et de ses archives, conscients de leur valeur et souhaitant respecter le vœux de leur mère de les rendre disponibles pour la recherche, se sont rapprochés de Mémoires méditerranéennes pour envisager un don à une institution. Compte tenu de l’intérêt de cet ensemble, l’association en a pris en charge le déménagement à destination de la médiathèque de la MMSH.

Notre collègue Evelyne Disdier assistée d’une étudiante archiviste, Emmanuelle Poulard, et  avec l’aide de Kamel Chachoua, chercheur à l’IREMAM, a pu en quelques mois reclasser ce fonds et en préparer l’inventaire. La fiche de fonds est publiée sur le portail de Ressources archivistiques méditerranéennes ARCHIMEDE.

Courant 2016, elle a présenté ce travail lors d’une journée d’étude à Oran en hommage à Fanny Colonna et des chercheurs algériens intéressés par ce fonds se sont déjà annoncés pour venir travailler à Aix.

Fin 2018, le numéro 221 de la revue IBLA a été consacré à un hommage à Fanny Colonna. Le dernier article intitulé « Les archives scientifiques de Fanny Colonna » d’Evelyne Disdier décrit avec précision le contenu de son fonds d’archives.

Depuis son classement , le fonds Fanny Colonna est souvent consulté par des chercheurs en sciences sociales.

Cahiers de terrain

Musée de l’histoire de la France et de l’Algérie à Montpellier

Rédigé par Jean-Robert Henry

Mémoires méditerranéennes s’est impliqué depuis un an dans la reconversion du projet de musée de Montpellier dédié à l’Algérie. A la demande de la conservatrice, ils oeuvrent à réorienter ce projet muséographique destiné  initialement à célébrer la mémoire des Français d’Algérie vers une histoire des relations entre la France et l’Algérie, entre la France et le Maghreb. Sur le modèle de l’exposition « L’Algérie et la France : destins et imaginaires croisés », réalisée en 2003 par Mémoires Méditerranéennes et les ANOM pour la Direction des Archives de France,  il s’agit de proposer aux visiteurs du musée un parcours historique s’adressant aux porteurs des différentes mémoires associées à cette histoire. En vue de préfigurer ce projet, l’exposition de 2003 a été rénovée et présentée à Montpellier en octobre 2012, dans le cadre du Festival Cinemed centré sur l’Algérie. Mémoires méditerranéennes a aussi favorisé la collaboration entre le Musée de Montpellier et la Médiathèque de la MMSH, qui est prête à mettre ses ressources documentaires à la disposition des expositions organisées par le musée.

Membres de Mémoires méditerranéennes concernés : Sébastien Denis, Didier Guignard, Jean-Robert Henry (président du Conseil scientifique), Ahmed Mahiou, Georges Morin, Abderrahmane Moussaoui, Paul Pandolfi.

Exposition : Cent mille réfugiés. 1955-1962

Cent mille réfugiés. 1955-1962

L’exposition itinérante, la petite brochure et le site Internet qui en reprend le contenu, sont consacrés à un « dommage collatéral » rarement montré de la guerre d’Algérie : l’exode massif des populations algériennes.
Ils utilisent les photos de repérage d’un film préparé au Maroc oriental en 1961, mais qui n’eut pas le temps d’être tourné: pour cause, heureusement, de négociations de paix. Y sont évoqués les causes de l’exode (zones d’opérations, barrage aux frontières), les lieux d’implantation, les conditions de vie, la solidarité internationale, la scolarisation et l’encadrement politique.

Le propos est d’empêcher des faits importants de tomber dans l’oubli après la mort des témoins directs, et de fournir des matériaux pour une Histoire que l’on pouvait espérer enfin plus sereine et moins simplificatrice qu’elle ne l’a trop souvent été jusqu’ici, déplorations nostalgiques d’un côté, images d’Épinal patriotico-héroïques de l’autre.
Il n’est pas question ici de nier les bouleversements et les souffrances qu’ont connu des centaines de milliers d’Européens à l’occasion de la guerre et de l’accession à l’Indépendance d’un pays où ils étaient nés, eux aussi. Ces aspects-là de la réalité ont été abondamment évoqués. Cependant, des millions d’Algériens « de souche » ont également connu le « déracinement » dans les camps de regroupement, l’exode au Maroc et en Tunisie; sans compter les autres centaines de milliers réfugiés en France, et sans remonter jusqu’aux populations déjà chassées hors de leurs terres par les campagnes de Bugeaud et de Lamoricière. Un « travail de mémoire » se doit d’être complet.

L’exposition a été accueillie entre 2003 et 2005, à Aix-en-Provence (MMSH), Cergy, Oran , Alger, et les panneaux sont restés en Algérie pour y circuler.

Production : Institut de l’image, Aix-en-Provence, avec le soutien de Mémoires méditerranéennes et de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme.

Site Internet : http://www.imageson.org/document399.html.

Article rédigé par François Chevaldonné